Face à la guerre : le choix de l’écriture (2)

 

Cet entretien avec la poétesse russe Olga Sedakova est paru dans la revue Filigranes
Il fait écho à la situation que traverse l’Europe aujourd’hui.
http://www.ecriture-partagee.com/03_Fili_numero/fi_65_franco_russe/fi_65.htmwww.filigraneslarevue.fr

Olga Sedakova y évoque « le monde contemporain où j’habite. Il n’est pas divisé en « monde de culture » et celui « brut » de la vie quotidienne. Ce n’est pas une question d’érudition ou de « connaissance ». La toile de Rembrandt constitue aussi bien une partie de mon expérience personnelle immédiate qu’un wagon de métro. Il n’y s’agit d’aucune nostalgie. Tout cela est vivant, tout cela y existe. »

 

Votre traducteur, dans son introduction à Voyage à Tartu et retour, parle de votre écriture comme « pensée poétique » vous reconnaissez-vous dans cette formulation, et pouvez-vous préciser ce qu’elle peut recouvrir ? Y a-t- il une pensée poétique comme il y aurait une pensée philosophique, et dans ce cas que construit-elle de spécifique ?

Olga Sedakova : « Par la pensée philosophique, on entend d’habitude une interrogation solennelle sur la cause des choses. La pensée poétique ne pose pas de questions pareilles. Elle saisit inopinément par intuition la réponse qui devance la question. Elle ne cherche pas de la netteté finale, ni de l’étendue. Comme une image poétique elle ne fait que découvrir un espace du sens, et laisse les deux, le poète et son écouteur en toute liberté devant cet espace. Et bien sûr, la pensée poétique ne prévoit pas de discussion, d’éclaircissements, d’ar- gumentation. La pensée philo- sophique avant Socrate ressemble à la pensée poétique. Ce n’est pas en vain que les poètes l’aiment tellement… Ils adorent les paroles de Héraclite, d’Empédocle… Ce n’est pas encore une philosophie développée. »

 

Lire l’entretien :
Cursives65_word version3

 

Face à la guerre, le choix de l’écriture (1)

 

ARLETTE  ANAVE, Marseille 30 mai 2022
… nous envoie ce texte. (AA publie notamment la revue Filigranes)

Craque, casse la carapace d’une vie
Pour seulement vivre
Un chagrin de peau

Antoine Emaz

 

Un bateau dort en mer Baltique, depuis longtemps ;
Sa carcasse cernée de phares et de balises ne sert plus personne
Le marin est le seul vivant à bord
Ici rien ne se passe.

Sa main traîne dans les rambardes, il trébuche sur les drisses inutiles
Il est venu vérifier l’abandon des installations nucléaires
Qui ne font plus peur à personne

Par malignité poétique il trompe son ennui, il s’amuse
Au jeu de la lettre perdue.
Comme un poète français enlevait le « e » à ses textes
Il enlève le « K » aux noms des ports russes qu’il a traversé
Pour que leur poésie subsiste

Doudinka, Novorossisk, Mourmansk, Vladivostok
Emblèmes de la grande Russie
Ils sont dans les glaces toute l’année
Leurs bateaux, bloqués par la neige sont les étoiles
Des mers froides

Les hommes d’ici sont durs et fraternels
Ils ont mis en échec les armées d’Hitler
Et ils continuent à tirer charbon, pétrole, gaz autour de la planète

Dans la ronde impitoyable du besoin
Le monde attend d’eux l’énergie et le blé
Qu’ils livrent modestement
De leurs « K » imprononçables

Maîtres de l’Orient, l’histoire a oublié la grandeur
De l’Aeroflot soviétique
Malgré ses traces dans la Baltique
Comme ce vieux rafiot
Dans cette photo
Qui me regarde
Cette photo plonge depuis longtemps dans ma chambre un regard indiscret,
Une odeur d’essence flotte sur la beauté de ce marin perdu
Cerne aussi un coin de ma mémoire
Souhaiterai-je qu’il sorte de la photo comme chez Woody Allen
Ou peut-être qu’il m’inspire ce regret
« D’un chagrin de peau »

Les hommes accrochent souvent un calendrier des postes
Pour se donner du courage quand ils sont loin
Souvent à l’arrière du garage, balayé d’émotion
Ou comme ici à fond de cale adossé à une vieille tapisserie
Salée de vagues, usée de temps
Est-ce pour cela que j’ai accroché cette photo sur mon mur ?

Sa bien-aimée est de face et me fixe
Blonde, sophistiquée, les yeux velours, les créoles impertinentes,
Lumière crue comme sur une scène
Dont il se détourne.

Lui, il ne la regarde pas.
De profil, enroulé dans une couverture ordinaire
Rugueuse et chaude comme dans les trains de nuit
Il songe peut-être à leur séparation
Entre eux il n’y a pas de regard, pourtant ils s’emploient
A parler d’amour sans se toucher

La photo réussit dans l’image Imprégnée de chagrin
Du passé, de ce couple
Et par ce bateau, de raconter l’autre histoire
Celle de ce pays qui perd sa marine et son être

Graphie de la lettre « K » comme don de la langue
Pour se repérer dans l’ailleurs
Ramenant de Sibérie dans notre imaginaire
Ces travailleurs qui faisaient nos rêves
Métonymie fertile qui dit que l’amour nous hante
Et que même en songe il nous parle de paix

Les ports de la mer Noire ont un autre destin aujourd’hui
Les bateaux ne gèlent plus dans les eaux chaudes de Sébastopol
Ils deviennent «  stations balnéaires »
La Russie emboîte le pas au reste du monde ou l’a-t-elle précédé
Dans un profil d’homme que la guerre efface
Comme elle efface l’histoire des hommes

 

(Découvrir Filigranes
www.filigraneslarevue.fr

 

Urgence Ukraine

 

Alerte !

La raison d’être de notre Association « Pouce la Paix » est de susciter la réflexion sur la Culture de Paix, la violence, le « Vivre ensemble ». Mais comment se faire entendre en temps de guerre ? La peur gagne du terrain et la peur éloigne la réflexion. Nous ne pensons pas que le feu, la destruction, le  meurtre à grande échelle, les guerres où qu’elles se déroulent (Ukraine, Russie, Libye, Syrie, Irak, Mali, Soudan, Israël, Palestine, …) résolvent les problèmes conflictuels même si la guerre apparaît comme la seule solution. Quand on fournit des armes, la Culture de Paix va mal.

Nous avons besoin de temps pour comprendre l’Histoire des pays impliqués. De temps pour connaître le sens de ce qu’être « un Peuple » signifie. Nous croyons à la justice humaine. Nous faisons le pari que l’intelligence du partage est supérieure à celle de la domination même si cela est difficile et demande beaucoup de travail et d’endurance.

Aujourd’hui, sous le feu de l’armée russe, l’Ukraine est à feu et à sang et demain, qu’en sera-t-il des pays limitrophes ? Nous pensons que la France, pays des Lumières et des Droits de l’Homme, a un rôle fondamental à jouer en imposant la diplomatie comme outil pour résoudre les problèmes, en travaillant au non alignement des états démocratiques. Nous sommes persuadés que les Citoyens du Monde ont un rôle déterminant et nous apportons tout notre soutien à celles et ceux qui aujourd’hui manifestent pour la Paix. Nous vous invitons à vous joindre à ces mouvements. Nous savons que nous sommes des colibris. Mais nous continuons à agir, par la parole, par le soutien matériel quand c’est possible, par l’information et la formation avec d’autres, par la Justice quand elle s’attaque à l’inhumain.

L’Association « Pouce la Paix ! »

(Texte élaboré par un groupe d’adhérents.)

Ce texte diffusé à Aubagne va se prolonger dans les prochaines semaines avec d’autres réflexions de nos adhérents.

On nous contacte au 07 35 31 17 zérozero